28e jour : créer des liens

Pornographie

Créer des liens, Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry (extraits)

– Bonjour, dit le renard.

– Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli.

– Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé.

– Ah! pardon, fit le petit prince. Mais, après réflexion, il ajouta :

– Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?

C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens… » Si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…  Si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé…

– Que faut-il faire ? dit le petit prince.

– Il faut être très patient, répondit le renard.

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :

– Ah ! dit le renard… je pleurerai.

– C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…

– Bien sûr, dit le renard.

– Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.

– Bien sûr, dit le renard.

– Alors, tu n’y gagnes rien !

– J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

 

Importance de l’amitié

L’amitié est une des plus grandes sources de joie dans notre vie. Nous parlerons de la vie spirituelle (amitié avec Dieu), de la vie de couple, ainsi que des relations professionnelles et familiales plus loin. Nous nous concentrerons aujourd’hui sur les relations avec nos amis.

L’amitié est importante car elle sort de soi : j’arrête de me regarder le nombril, et je regarde l’autre dans ce qu’il est : ses propres qualités, ses faiblesses, ses besoins d’être aimé, entouré. J’exerce ma sensibilité à le comprendre pour pouvoir lui être agréable. Je me donne au lieu d’attendre  de recevoir des autres. J’entre dans la gratuité : je me donne non pas pour recevoir, mais pour le bien de l’autre, par amitié.

L’amitié reconstruit aussi en nous un regard juste sur la personne : je ne regarde pas l’autre et la relation comme moyen d’obtenir quelque chose, mais je vois ce que l’autre est profondément. Cela me permet d’avoir aussi un regard juste sur moi, et de laisser moi aussi émerger mon être profond. Je suis une personne, ma dignité c’est d’être capable d’aimer, et ma vraie joie, c’est de me donner et pas d’être satisfait.

De plus, comme l’explique Antoine de Saint-Exupéry, l’amour, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, mais regarder ensemble dans la même direction. C’est l’amitié de communion, qui porte du fruit dans la mesure où elle permet de s’ouvrir à nouveau à d’autres personnes, ou à un but commun, mais ensemble.

L’amitié est donc importante parce qu’elle sort de soi pour s’ouvrir à l’autre et aux autres, qu’elle permet d’avancer à plusieurs et non seul, et qu’elle nous fait découvrir notre vraie valeur et permet que nous changions de regard sur nous-mêmes. Elle nous permet d’expérimenter notre capacité à aimer.

 

Les étapes de l’amitié

Sous une forme imagée et poétique, on retrouve dans l’histoire du Petit Prince et du renard toutes les composantes de l’amitié.

Etape 1 : renoncer à s’occuper de soi pour mieux se laisser attirer par l’autre

L’amitié est, comme le dit si bien Antoine de Saint-Exupéry, l’art de « créer des liens ».

Elle a une source mystérieuse « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux », poursuit le renard. L’amitié part de cette capacité que nous avons de voir l’être profond de ceux qui nous entourent, de repérer aussi leurs qualités et de les dire. Mais pour voir tout cela, encore faut-il y être réceptif, ouvrir les yeux, avoir le cœur disponible… Il faut donc s’oublier, non pas au sens de nier notre existence, mais plutôt oublier de s’occuper de soi de façon captative (pour prendre et posséder l’autre ou les réalités qui nous entourent en vue de notre satisfaction propre). Il faut donc apprendre à s’occuper de soi de façon oblative, c’est-à-dire dans la mesure où cela nous rend capable de mieux aimer.

Etape 2 : apprendre à vivre son amitié

Il s’agit dans un premier temps d’intérioriser son amitié, puis de la dire : « Tu es bien joli » dit le Petit Prince au renard. Il faut ensuite poser le choix d’aimer l’autre. En effet, l’amitié se tisse, s’approfondit, gagne en intensité, au fur et à mesure du temps, de l’attention, et de tous les gestes que nous posons pour montrer à l’autre qu’il est important pour nous. « Il faut être très patient » explique encore le renard de Saint-Exupéry. Etre l’ami de quelqu’un demande aussi réflexion et volonté. Nous développerons cet aspect au chapitre 34 en donnant quelques clefs pour exprimer son amitié.

Etape 3 : se réjouir de l’amitié partagée

« Si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée » : lorsqu’il y a amitié réciproque, elle nous permet d’exister, d’aimer et d’être aimé, d’exercer une complémentarité où l’on devient utile et grâce à laquelle on peut s’estimer, elle permet d’avancer dans nos vies en étant plus riche de cette richesse qu’est la présence de l’autre, et en étant plus conscient de notre propre richesse que nous renvoie le regard de l’autre. Elle mobilise la sensibilité, l’intelligence et la volonté en vue du bonheur de l’autre, et nous met dans la joie.

 

Abonnez-vous
à notre newsletter